°  Les axes de travail au cours des entraînements dans notre

                           Dojo  de  Saint  Vincent  de  Tyrosse

 

* La pratique du karaté commence par l’apprentissage des coups de poing,

    puis des déplacements, des positions de garde, des blocages et des attaques.

 

* Voici quelques principes sur lesquels nous basons notre travail pendant nos entraînements :

 

° L’étude du Karaté-Do Japonais style Shotokan :

     - Etude et perfectionnement des katas de base et katas supérieurs.

               - Les liens entre chaque kata.

     - Etude et perfectionnement des différentes formes de kumités

               - Les liens entre le kata et le kumité. (car le kumité est l’expression du kata).

 

° L’étude du karaté d’Okinawa style Shorin ryu  (forme Nakama Sensei) : 

     - Etude des katas de base (Naihanchi - Pinan - Passai - Kushanku - Chinto - Seisan )

 

° Le travail au makiwara et au sac de frappe : essentiel pour le renforcement et le développement

      correct des techniques de mains et de pieds.

 

° L’étude du Kobudo : bâton long, nunchaku, saï, tonfa, tinbé, tekko, que nous apprenons avec

    Maître Masahiro Nakamoto 10ème Dan de Kobudo d’Okinawa.

    “ La pratique du kobudo est fondamentale pour un karatéka, car le travail de fond ( la racine )

       est identique au karaté traditionnel ”.

 .....................................................................................

 

  1) Le KATA : ( Voici ce que Maître Higaonna Morio 10ème Dan en Goju-ryu, nous disait lors d’un

            entraînement dans son dojo personnel à Naha ville principale d’Okinawa en février 2006).

  Les katas font parti du patrimoine culturel d’Okinawa, il est donc important de ne pas les dénaturer,

   de ne pas changer les techniques. Le respect de la forme, des mouvements, est essentiel.

   Par contre, les applications sont beaucoup plus libres, il est possible d’avoir des interprétations

    personnelles des bunkai.”

                        ...........................................................................................................

* 1a) - Les katas de base préparent aux katas avancés et supérieurs.

                       * Exemples :

- Taikyokyu Shodan et Nidan - Heian Shodan - Tekki Shodan - Nidan et Sandan

- Heian Nidan - 1ére partie de Kanku-dai - Bassai-dai - Bassai-sho - Sochin

- Taikyokyu Sandan - Heian Sandan - Jion - Jitte - Jiin - Hangetsu - Chinte - Meykyo

- Heian Yondan - Kanku-dai - Kanku-sho - Goju shiho sho - Goju shiho dai - Wankan

- Heian Godan - Empi - Gankaku - Niju shiho - Unsu

 

* Les deux styles anciens Shorin ( Shaolin “nord de la Chine”) et Shorei ( sud de la

Chine) permettent de classer les différents katas suivant leurs particularités :

             - Shorin ( Agilité - Vivacité )

       Heian - Bassai - Kanku - Gankaku - Jitte - Niju shiho - Unsu - Goju shiho.

             - Shorei ( Puissance - Enracinement )

        Jion - jiin - Hangetsu - Tekki - Sochin - Chinte - Wankan - Meykyo - Empi

 

* 1b) - Les différentes applications des katas :

 

              - Bunkai omote : “dit aussi kata kumite” ( Surface du kata )

                       Application selon l’embusen (tracé au sol du kata)

                       Application sur tous les axes - Application sur certains axes - Application sur 1 axe.

                              But : Apprentissage des applications de base suivant le tracé au sol du kata

                                     Respect des techniques du kata.

                                     Application avec 4 partenaires, ou plus, ou moins, en fonction du kata.

 

             - Kata bunkai :Interprétation personnelle basée sur la sélection d’une ou plusieurs techniques

                                       du kata.

                              But : Expliquer en pratiquant le sens du mouvement.

                                        Renforcement de l’apprentissage du kata. ( Un certain éloignement de la

                                        forme de base est toléré voire même inévitable.

                                        Reste donc une explication superficielle dont le but fondamental est

                                        l’apprentissage pour débutant ou plus.

 

            - Bunkai oyo :  “Self défense”  Mise en évidence de l’utilisation des techniques

                                       intermédiaires : clés - projections - etc..

                                       Exemple : sur un blocage , utilisation de l’armement.

                               But : Comment contrôler un adversaire agressif sans le blesser.

                                                Équivalent du combat corps à corps.

 

           - Bunkai ura :  “ dévoiler l’aspect caché du kata ”

                                    - Raison d’être de la technique.

                               But : Comment mettre en évidence les différentes stratégies du combat propre au

                                        fondateur du kata.

                                        Dévoiler les principes fondamentaux des points vitaux et les différentes

                                        formes respiratoires qui font la particularité du fondateur.

 

 

2) - Le KUMITE :    “ le kumité est une expression du kata ”

 

* La dimension sportive du kumité est trop pauvre et difficilement applicable chez les personnes

   d’un certain âge, rencontrant des difficultés en souplesse de jambes.

* Le kumité doit-être praticable par tous et non seulement réservé à une élite jeune, aux capacités

    physiques généreuses.

* Le kumité sportif obéit à des régles d’arbitrage et surtout à l’élément essentiel, l’obtention du ou

    des points (ippon - nihon - sambon), ce qui en fait un sport très éloigné de l’art prétendu pratiqué

    ou enseigné.

- Dans le cas d’une pratique essentiellement sportive, il est inutile et très déplacé d’afficher le

   portrait de Funakoshi Gichin dans la salle d’entraînement (qui ne peut plus être également qualifiée

   de Dojo).  Pour aller plus loin, pourquoi se vêtir d’un Kimono ?..

 

2a) - Les différentes formes de kumité que nous travaillons :

 

    - Go No Sen : La forme traditionnelle de base consistant à bloquer l’attaque et contre-attaquer

                            rapidement.

    - Sen No Sen : Consiste à attaquer sur l’attaque du partenaire. ( attaque sur l’attaque ).

    - Sen Sen No Sen :  C’est le Deai , l’anticipation. C’est prendre l’avantage sur son adversaire

       avant qu’il esquisse une quelconque attaque, à l’issue de son intention mentale.

    - Tai No Sen :  Actif.  C’est prendre l’avantage sur l’adversaire par l’action physique

                              (je bouge mais c’est l’autre qui attaque)

    - Sen No Tai :  En attente. Attirer l’adversaire dans le piège de sa passivité active.

                             C’est une invitation à l’attaque.

                             Le corps ne bouge pas mais l’esprit est en alerte (comme la grenouille immobile

                              qui attrape la mouche en une fraction de seconde).

 Ainsi que :

                   * Techniques en O wasa ( longue distance )

                   * Techniques en Ko wasa ( courte distance )

                   * Techniques en Hente ( défense et contre-attaque du même bras ).

                   * Techniques en Seite ( un bras défend, l’autre contre-attaque simultanément ).

                   * Techniques de Ne waza ( Combat au sol )

                   * Techniques de Ryote Kobo (renforcement des bras et jambes)

................................................................................................................................................................