Photo supposée représenter (?) Maître Ankô Itosu (circa 1909)
Volontairement, je me limite à l'histoire récente " ITOSU Anko "
des origines du Karaté-Do.
 

ITOSU Anko 1831 - 1915

Source :Okinawa Times, February 28,2006.

Auteur : Okinawa prefectural library.

Ses débuts dans la pratique de l’art local de combat appelé tode sont nébuleux, certains attribuant sa formation tantôt à un maître dénommé Nagahama alors que d’autres parlent d’un chinois du nom de Channan.

Vers l’âge de 30 ans, il devient le disciple de Maître Sokon Matsumura.

Il côtoie à l’entraînement un condisciple du nom de Ankô Azato qui était alors le meilleur élève de maître Matsumura.  ( Maître Funakoshi serait plutôt l'élève de Anko Asato  et non de Anko Itosu ).

Maître Itosu privilégie l’entraînement intensif au makiwara.

Son entraînement est tel qu’il développe à l’âge de quarante ans un corps d’une robustesse hors du commun. De petite taille, mais d’une musculature impressionnante, son corps de pierre était le reflet de l’intensité de son entraînement.

En 1879, alors qu’il a 49 ans, la royauté locale est abolie par le régime japonais sur l’île d’Okinawa. Maître Itosu conserve malgré tout son travail dans la préfecture.

Les temps sont durs et la situation économique difficile. À l’âge de 55 ans, en 1885, il prend sa retraite et débute l’enseignement du karaté dans le jardin de sa maison.

En 1901, Maître Itosu réussit à faire entrer la pratique du karaté comme forme d’éducation physique à l’école primaire de la ville de Shuri. Cette réussite survient dans le contexte de modernisation et de la militarisation grandissante de la société japonaise.

Maître Itosu apporte alors un changement majeur dans la pédagogie de l’enseignement du karaté qui passe d’un enseignement personnalisé vers un enseignement de groupe.

L’influence de l’entraînement de type militaire est ici évident dans cette profonde transformation.

Il élabore à partir de son expérience des kata destinés spécifiquement à l’enseignement du karaté dans les écoles.

Il compose alors la série de kata de pinan (heian en japonais) et naihanshi (tekki en japonais).

La contribution de Maître Ankô Itosu dans la propagation du karaté est immense.

Il a eu plusieurs disciples au court de sa vie qui ont à leur tour grandement contribué à la propagation du karaté dont les plus connus sont:Chômô Anashiro,  Kentsu Yabu, Chôtoku Kyan, Kenwa Mabuni

Chôshin Chibana,  Anbun Tokuda, Shinban Gusukuma, Gichin Funakoshi ??

Il meurt en 1915.

 

                                                           Les 10 Préceptes du karaté (Tode Jukun)

En octobre 1908, Itosu écrira les 10 préceptes du karaté (Tode Jukun), lettre très influente qui dépassera les frontières d'Okinawa pour atteindre le cœur du Japon et attirer l'attention du Ministre de l'Education et du Ministre de la Guerre.

Voici une traduction de cette lettre:

                                                                     Les 10 préceptes du karaté.

Le karaté ne s'est pas développé à partir du Bouddhisme ou du Confucianisme.

Dans le passé, les enseignements des écoles Shorin et Shorei furent importés de Chine à Okinawa.

Ces deux écoles ont chacune leurs points forts que je mentionnerai maintenant avant qu'il n'y ait trop de changements:

1. On ne pratique pas le karaté uniquement pour son propre bénéfice: il peut être utilisé pour se protéger ou  

     protéger sa famille ou son maître. Il n'est pas conçu pour être utilisé contre un seul assaillant mais comme

     une manière d'éviter un combat dans l'éventualité d'une rencontre malencontreuse avec un bandit ou une

     personne mal intentionnée.

2. Le but du karaté est de rendre les muscles et les os durs comme le roc et d'utiliser les mains et les jambes

    comme des lances. Si les élèves commençaient à pratiquer le To-te ('Main de Chine') à l'école primaire,

    ils deviendraient de bonnes recrues militaires. Rappelez-vous de ces mots prononcés par le Duc de Wellington

    après sa victoire sur Napoléon:

      "Notre victoire d'aujourd'hui s'est faite dès nos cours d'école."

3. Le karaté ne s'apprend pas rapidement. Comme un taureau se déplaçant avec lenteur, il réussit à parcourir

    des milliers de kilomètres.

    Celui qui s'entraîne chaque jour avec assiduité pendant 3 à 4 années arrivera à comprendre le karaté.

    Ceux qui s'entraînent de cette manière découvriront le karaté.

4. En karaté, l'entraînement des mains et des pieds est primordial. L'entraînement au makiwara (ou poteau de

    frappe) doit être approfondi. Pour ce faire, relâchez les épaules, ouvrez les poumons, retenez votre force,

    agrippez le sol avec vos pieds et descendez votre énergie vers votre abdomen inférieur (hara).

    Pratiquez en utilisant chaque bras cent à deux cents fois par jour.

5. Quand on pratique les positions de To Te, il faut s'assurer de garder le dos droit, les épaules basses,

    mettre la force dans les jambes, assurer une position ferme et abaissez son énergie dans l'abdomen.

6. Entraînez vous à ces techniques de manière répétée en en dispensant l'usage par la parole.

    Apprenez-en bien les applications et la manière et le moment de les appliquer quand c'est nécessaire.

    Pénétrez la défense, contrez, relâchez est la règle du torite (lâcher la main).

7. Vous devez décider si le karaté est pour votre santé ou pour vous aider dans votre devoir.

8. Quand vous vous entraînez, faites-le comme si vous étiez sur le champ de bataille.

    Votre regard doit être assuré, les épaules relâchées et le corps se durcir. Il faut toujours s'entraîner avec

     intensité et concentration (zanshin); ce faisant, vous serez naturellement prêt.

9. Il ne faut pas se sur-entraîner, cela provoquerait une perte d'énergie du bas-ventre et endommagerait votre

    corps. Votre visage et vos yeux rougiront. Entraînez-vous de manière avisée.

10. Dans le passé, les maîtres de karaté ont vécu vieux. Le karaté aide à développer les os et les muscles.

     Il aide à la digestion et à la circulation. Si le karaté était introduit dès l'école primaire (élémentaire) dans le

     programme scolaire, il produirait nombre d'hommes capables de vaincre dix assaillants. J'affirme avec

     conviction qu'on peut y arriver en enseignant le karaté à tous les élèves de l'école d'instituteurs d'Okinawa.

     Dès lors, ils pourront ensuite enseigner ce qu'ils auront appris après avoir obtenu leur diplôme.

     Je crois que ce serait un grand bénéfice pour notre nation et notre armée.

     J'espère que vous considèrerez ma suggestion avec la plus grande attention.

Anko Itosu, Octobre 1908