L'alimentation - La longévité - L’hygiène de vie

à  Okinawa

 

 

L’île  d’OKINAWA :     ( source : Docteur Bernard Fontanille "Médecines d'ailleurs" )

Nous sommes sur l’île d’Okinawa.

Sa ville principale, Naha, la préfecture, est assez décevante, de part ces immeubles bétonnés et ces enseignes de fast-food, dans lesquels les nouvelles générations se jettent sur les sodas et les crèmes glacées.
Cette citée englobe à présent Shuri et Tomari, ces deux anciens villages connus pour la pratique

du karaté et du Kobudo.

Ces 3 villages sont devenus une grande ville, dite capitale d’Okinawa. 
Quittant cette ville, en allant vers le sud, se profile petit à petit des villages de pêcheurs.

Des petites routes serpentent à travers champs, des forêts d’épineux, puis en pleine nature, un groupe de gens âgés, voire très âgés, joue sur un green, dans un mélange de golf et de croquet.

Les corps sont vieux mais une énergie incroyable s’en dégage. 

De ce groupe se remarque un petit bout de femme dont le visage est constamment éclairé de son sourire. 
Voici le cas de Hiroko 92 ans, maître calligraphe. Veuve, récemment rétablie d’un accident vasculaire cérébral qui avait paralysé son hémicorps droit. Et bien elle gambade à nouveau !!!
Sa vie ?  elle ne s’arrête jamais  « activités de la communauté, vie sociale, sport » tout en sérénité, sans excès,

et surtout …….. sans oublier « la frugalité ».
La clé de la longévité, sans encombres de santé, c’est la nutrition chez les Okinawaiens, et plus précisément la frugalité, sortir de table à 80% de la satiété.  Autrement dit: la restriction calorique.
Les trois piliers du mode de vie d’Okinawa, régime de longue vie :

                   la frugalité + nutrition, vie sociale, exercices physiques (en douceur mais au quotidien).
* L’idée est de partager l’estomac en 4 parts : ( 2 parts de solide, 1 part de liquide, 1 part de vide ).
Une étude prospective (The journal of gérontologie, 2004) révèle que les hommes qui consomment entre 15 et 50% moins de calories que la moyenne réduisent leur risque de mortalité, toutes causes confondues.
Un Okinawaien qui vit sur le modèle de ses ancêtres, consomme environ 1800Kcal/jour.
Un Japonais consomme environ 2700kcal/jour, soit 700kcal de moins que la moyenne des autres pays de l’OCDE, où ces apports sont en progression.
Au menu des Okinawaiens : Légumes crus et cuits, les produits de la mer, le porc dégraissé, les fruits.

(pas de graisses saturés, pas de sucres raffinés).
Résultats: le taux de cholestérol est en dessous des valeurs moyennes. Moitié moins de cancers qu’au Japon.

Les fractures du col du fémur sont inférieures de 20% à celles du Japon, et 40% à celles des USA.

Les proportions sont les mêmes pour les démences.

Outre les facteurs génétiques, une activité physique modérée mais assidue comme le Tai-Chi, la marche, le jardinage, et la qualité du lien social.

                Il n’y a pas de recettes miracles, il y a tout simplement un mode de vie, une discipline.

                                                ...................................................................................


..........................................................................

 

L'alimentation Occidentale - La Diététique Chinoise 

 

 

 

 

TOKYO

" Beaucoup de mondes mais beaucoup de respect et de discrétion"

 

                                                                   INTRODUCTION 

Dans le karaté en particulier, beaucoup d’adeptes ou pratiquants  « confirmés » occidentaux, ont singé de façon grotesque, des Senseï Japonais, dans le comportement de ces derniers vis-à-vis de l’alcool, notamment dans les repas de stage et réceptions diverses, « les 3ème mi-temps !!! ». 
   Résultat :  de nombreux Senseï Japonais n’ont pas atteint l’âge des 70 ans, ou à peine dépassé.

Quant aux Occidentaux, certains sont en mauvais état, d’autres se sont ressaisie, dans tous les cas, l’art martial soit-disant pratiqué, de cette manière, est à 100 lieux des préceptes de Maître Funakoshi souvent cités par ces mêmes personnes.        
* J’ai personnellement entendu un Senseï parlé d’un précepte de Gichin Funakoshi, tout en oubliant volontairement l’essentiel.

                                                                                         Le voici :

    « Quand vous aurez découvert en quoi le karaté s’applique à la vie de tous les jours, vous aurez découvert son essence ».


    ° Très bien, mais il faut lire la suite du précepte :   « Une alimentation déséquilibrée, un abus de boisson, des habitudes

        nuisibles à la santé en général auront des répercussions certaines sur la pratique au dojo.

        Ils fatigueront à la fois le corps et l'esprit et détourneront l'adepte du dessein ultime de la pratique ».  

                                                               ° Il y a la théorie et la pratique !!.
                      « Les Occidentaux prêchent à l’envi de grandes théories qu’ils ne pratiquent très peu ».

                             mais aussi certains Senseï Japonais vivant en Occident !!
                                                    ………………………………………………………


                                                    ALIMENTATION - DIETETIQUE - VITALITÉ
 
En l’an 581 - 682 après J.C. un médecin Chinois a dit :      « Celui qui ne sait pas manger, ne sait pas vivre ».
* Hippocrate, le père de la médecine, (460 - 370 avant J.C)  a dit :  « Que l’aliment soit ton premier médicament ».

Selon la diététique Chinoise et donc la médecine Chinoise, certains aliments sont utilisés à des fins thérapeutiques.
L’alimentation est essentielle pour prévenir les maladies, mais peut-être également à l’origine de nombreux troubles.
La santé en Chine a toujours été orientée vers la prévention des maladies et la recherche d’une existence saine et harmonieuse.
° Nous entendons parler beaucoup plus de maladie que de santé !!    ° La santé est bien plus qu’une absence de maladie !!
                                        La santé est le trésor le plus précieux et le plus facile à perdre.
° Voici quelques points clés, objectifs, servant de repères pour un bon état général :
        - Le physique : l’harmonie des proportions.
        - La souplesse : du corps (marche, karaté, vélo) et de l’esprit (curiosité).
        - L’endurance : résistance à la fatigue.
        - L’humeur : égale et mesurée par rapport aux événements de la vie.
        - Le sommeil : profond et réparateur. S’adapte aux saisons. Se couche tôt.
        - Les éliminations : les selles sont un moyen fiable pour juger la santé.
        - Les urines : abondantes et malodorantes indiquent un déséquilibre.
        - L’appétit : régulier mais non excessif.

° L’alimentation est une cause majeure du dérèglement de l’organisme et de l’apparition de certaines maladies.

   Cette cause est très sournoise et peu passer inaperçues. (les excès de saveur sucré et/ou salé, les aliments dévitalisés,

   grignotages, fritures et graisses animales en excès, etc..)
   Ces exemples d’erreurs provoquent le « vide de l’énergie de la rate ».
   La rate est l’organe de la reconstruction, de l’entretien de notre santé.
                       « Avoir une mauvaise alimentation peut avoir des conséquences très graves »
° La rate est le grand alchimiste du corps. Autrement dit, nous devons transformer notre nourriture pour vivre.
                      « C’est la rate aidée par l’estomac qui assume cette fonction vitale ».
° L’estomac et la rate forme le couple qui est à la base de l’énergie et du sang produits quotidiennement après la naissance.
° L’estomac peut être assimilé à un chaudron dans lequel tombe les solides et les liquides. Il décompose les aliments

   en une bouillie alimentaire aidée de la rate qui peut être assimilé au feu sous le chaudron.
   La rate est aidée par la chaleur physiologique des reins.
° Cette bouillie est descendue par l’estomac dans l’intestin grêle qui va séparer les substances nutritives extraites des

   aliments pour nourrir le corps, des substances inutiles des aliments constituants les déchets et expulser par l’organisme.
° Les substances nutritives sont distribuer à tous les organes et tissus de l’organisme.
° Les substances inutiles sont diriger dans le gros intestin et la vessie.
                       « Règle : manger cuit, chaud, bien mastiquer, manger peu, boire en fin de repas ».

                                                                                                         ( Source : Philippe Sionneau "La diététique du Tao" )

                                               ....................................................................

* L’estomac doit être partagé en 4 parts :     « 2 pour les aliments solides - 1 pour les liquides - 1 pour le vide »
° La part de vide correspond à l’idée de la « FRUGALITÉ »

- En Orient, et notamment au Japon et en Chine, un repas ne remplie pas l’estomac à 100%. Mais à 80% de sa capacité
                                 « On ne vie pas pour manger,  mais on mange pour vivre »  
° Autrement dit, les traditionnels menus à l’occidentale ou l’on trouve :
   ( Hors d’œuvre - Plat principal - Fromage - Dessert  + Boissons + Café + Pain )
                                 « Cela doit rester très exceptionnel ».
° On comprend pourquoi une bonne sieste, dans la mesure du possible, est bienvenue.
                 - La chanson de Alain Souchon  « On est foutu on mange trop » est d’actualité.
° En Occident on mange en excès et souvent très mal.
° En Occident, les propriétés thérapeutiques des aliments sont très peu développées, voire pas du tout.

   ( elles sont vantées par la publicité qui, sous couvert d’études scientifiques, incite à consommer plus de laitage,

     d’eau minérale, de plats allégés, congelés, etc…).  « Ces aliments industriels sont à consommer avec précaution ».

 

** La fameuse phrase que vous avez déjà lue dans d’autres thèmes du site : 

                           « Un esprit indomptable dans le sens du dressage » vient à point nommé.
        ( Autrement dit : par l’exercice physique, par le développement de la respiration, par la curiosité, par la concentration,

          par la connaissance de la vraie nature de la nature, des êtres, des choses, notre esprit s’affine, la lucidité,

          la perspicacité se développent, et donc le sens critique s’aiguise, la naïveté et la crédulité s’évanouissent,

          vous n’êtes plus ce petit animal dressé par la propagande publicitaire de tous ordres !! ).
                                                         ...................................................................
° Principaux aspects de l’aliment en médecine chinoise : ( Source : Philippe Sionneau "La diététique du Tao" )
            - Sa vitalité  -  Sa nature  -  Sa saveur  -  Sa forme.
   La médecine Chinoise a observé depuis des siècles que les aliments ont souvent une action spécifique sur certains

    organes et tissus, et qu’ils pouvaient améliorer certaines maladies ou symptômes.
* La vitalité de l’aliment « Le Jing » : Elle dépend de l’énergie et de l’essence dont il est porteur « le Jing Qi ».

   Si l’aliment a été cultivé dans des conditions naturelles, dans sa saison, et si il est consommé frais, alors il sera très

   profitable pour l’organisme.
            - L’impulsion de vie d’un végétal ou d’un animal est sa vitalité intrinsèque. ( Exemple : Pour les céréales, les

    graines « saines » devraient toutes pouvoir germer.
    Pour une volaille, la consistance de la chair ainsi que celle des os, nous renseignent sur leur origine et leur vitalité ).

    Plus un aliment est plein de vie, plus nous bénéficions de cette force.
           - La fraicheur : Dés que nous récoltons un végétal ou abattons un animal, le processus dégénératif lié à la mort se

    met en route, et donc la vitalité disparaît au fur et à mesure que le temps passe.
    Cette vitalité disparaît plus ou moins vite selon le type d’aliments. Exemple : Une fraise après cueillette ne peut garder

    son impulsion de vie qu’un temps très court, alors que les céréales complètes non transformées peuvent se garder de

    long mois.  En Chine, ou au Japon, on achète que très rarement un poisson mort.
          - Les récoltes de la saison : Tous les fruits et légumes cultivés hors saison, le sont grâce à une assistance artificielle.

    Ces denrées sont dévitalisées, et ne transmettent aucune énergie de la terre.
          - Des transformations minimales :  Plus un aliment a été transformé, manipulé,conservé, plus il perd de sa vitalité.

    Ainsi, un grain de blé entier garde sa vitalité pendant des mois, sous forme de flocons pendant des semaines,

     sous forme de farine, quelques jours. Une pomme entière naturelle peut se conserver plusieurs mois, pelée elle se

    conservera quelques jours, écrasée elle pourrira en quelques heures.  La transformation tend à détruire la vitalité.
          - Les méthodes de culture et d’élevage : Cela conditionne la vitalité des produits cultivés. La loi de la nature montre

    que plus un végétal ou un animal doivent se battre pour leur survie par leurs propres moyens, plus ils ont de la vitalité.

   C’est la sélection naturelle. La nature choisit les plus robustes.
° Les causes de la déperdition de l’énergie des aliments : 
          - Le temps : plus le temps entre la récolte et la consommation est grand plus la réserve en énergie diminue.
          - Les coupures et blessures : les légumes, la viande, coupées trop longtemps avant la consommation s’oxydent au

    contact de l’air, et perdent leur énergie naturelle.
          - Les maladies : cause d’une vitalité diminuée.
          - Le broyage / l’extraction : un grain de blé écrasé perd sa vitalité en quelques semaines, réduit en farine,

   en quelques jours. Idem pour les jus de fruits ou légumes.
          - Les modes de cuisson : la vapeur fait perdre de l’énergie, la contraction / saisie est mieux.
          - Les radiations : a des fins de conservation, l’irradiation (ionisation - pasteurisation à froid) des aliments se

    généralise. Les radiations du micro-ondes désorganisent brutalement les aliments et les dévitalise énormément.
          - Le raffinage : il vide les aliments de leur précieux nutriments. Le sucre blanc, la farine raffiné (T45), les chips,

    les purées déshydratées, etc…. sont des parfaites illustrations.
          - La culture hors sol : les fruits et légumes sont vides d’énergie. Ils sont simplement beaux, gros, très bien calibrés.
          - L’élevage en batterie : ces animaux ont une faible vitalité, mais un stress maximal. Ils ont parfois des cancers.
° Les 10 règles de la diététique Chinoise :
          - Suppression du grignotage  -  Consommer plus de légumes cuits et variés ainsi que des céréales et des

             légumineuses 

          -  Supprimer les charcuteries et consommer avec modération viandes et poissons 

          -  Éviter les sucres raffinés  - Diminuer les boissons acides, sucrées, alcoolisées 

          -  Réduire les aliments crus et froids  -  Éviter l’excès de friture, graisses animales et huile végétale raffinée 

          -  Réduire de manière importante les produits laitiers 

          -  Boire chaud en fin de repas sans excès.

                                                     ...............................................
                     A ce stade, vous déprimez, et vous dites,   « on ne peut plus rien manger !! » 

° Le problème c’est la dépendance d’une grande majorité de personnes aux grandes surfaces, « les Hyper-marchés »

   dont les rayons de produits (laitiers, surgelés, charcuteries, etc..) sont d’une indécence extrême étant donné la longueur

   de ces rayons et le nombre de produits proposés. Dans un seul lieu on trouve tout le nécessaire, c’est tentant !!.
                                              « Ce ne sont que des produits industriels ».
    - Définition (Wikipedia) : Un aliment industriel est un aliment conditionné ou transformé produit par l'industrie

       agro-alimentaire à partir de matières premières agricoles comme les aliments simples (viande, légumes..) mais aussi

       de matières chimiques alimentaires.
    - Tous les produits industriels sont élaborés, fabriqués, à grande échelle, en grand nombre, ( que ce soit l’élevage,

       la culture de masse ) et donc subissent des traitements insecticides, fongicides, herbicides, antibiotiques, vaccins,

       radiations, conservateurs, additifs, OGM, etc……
    - L’industrie agro-alimentaire par l’intermédiaire des grands groupes d’Hyper-marchés fabrique des futurs malades,

       empoisonne les petits et les grands.
    - Le problème, ce sont les listes impressionnantes des ingrédients, ou le super calibrage et la beauté extérieure des fruits

       et légumes.   Apparemment, ça ne choque pas certains consommateurs !! Ils sont pressés de mourir ?. 
                               « Beaucoup d’entre eux achètent et sont donc consentants à ce système »

° Alors que faire ?…
    - Changer !!  changer ce fabuleux confort, changer ses habitudes, aller au marché, rechercher les producteurs locaux,

       aller chez les producteurs de légumes, viandes, laitages, pains etc.. qui produisent naturellement sans utilisation de

       produits chimiques.

° Vous préférez le naturel ou l’industriel ?..  autrement dit le biologique ou le chimique ?.. 
    - Bien entendu on trouve toujours de bons arguments pour continuer à vivre dans des habitudes alimentaires. 

       Les habitudes !!, vous savez !! ce phénomène qui produit un sentiment de bien-être, de sécurité ( comme si nous

       étions dans un cocon de soie ). Le problème c’est ce fil de soie qui se transforme en fil d’acier, et donc, avec le temps,
       vous devenez prisonnier !! de vos habitudes !! dans votre cocon d’acier, vous ne savez plus comment en sortir.       
                 ( L’être humain est plein de contradictions, il râle, il vocifère, il critique, il veut être libre, mais il est et reste

                    un bon mouton de Panurge ).
 ° Je cite Pierre Rabhi, agriculteur biologiste, romancier et poète :
                          Avant de début d’un repas « ne dites plus bon appétit mais bonne chance ! »

    - Tout cela est insidieux, sournois, il n’y a pas de réel danger à court terme. Toutefois les effets néfastes sur le corps,

       et notamment sur le système articulaire (tendons - ligaments) sur le système musculaire, sur le système nerveux,

       sont plus rapides qu’on ne le pense.
° Lire le livre de Veronica Van der Spek docteur en médecine, psychiatre et nutritionniste, qui pratique dans la région

   Bruxelloise. ( Nutrition et bien-être mental )
      «  Elle soigne ses patients en psychiatrie en débutant le traitement par le comportement alimentaire, les habitudes

           alimentaires, la malbouffe ».
° Extrait : - Pourquoi sommes-nous si vite fatigués, excédés, agressifs ?
                  - Pourquoi nous ne contrôlons pas nos désirs de bouffe au point de se sentir mal physiquement et même

                     mentalement ?
                  - Pourquoi avons-nous envie de fumer ?. 
        * L’Occident est menacé par l’obésité, le diabète, le cancer, mais finirons-nous tous « fous », au vue des cas très fréquents de stress chronique, d’anxiété, de dépression, de troubles du sommeil, de troubles déficitaires de l’attention, mais aussi d’Alzheimer ?      Très certainement si nous ne sortons pas de la malbouffe rapidement.
        * Le fonctionnement de notre cerveau et le bien-être mental dépendent de la qualité des glucides, protides, lipides, vitamines, minéraux, que nous ingérons au quotidien. Il est urgent de réapprendre à connaître les aliments et à cuisiner sainement.
        * En illustrant de cas cliniques qu’elle a rencontrés dans son cabinet de psychiatrie, elle nous montre que les facteurs psychologiques, familiaux, sociaux, ne sont pas les seuls responsables du mal-être mental et qu’il existe aussi des facteurs nutritionnels plus simples à corriger.
                                                         ……………………………