Dossier non terminé - en cours de construction !!

 

* Mon séjour de 6 mois au Japon dans la préfecture d'Okinawa, de novembre 2017 à mai 2018.

 

Pourquoi ce séjour ?

Depuis 2006, j'ai effectué plusieurs séjours annuels de 2 semaines dans cette préfecture, au sein d'un groupe de 6 à 12 personnes suivant les années, organisé par Moncef Abdelwahed (pratiquant de Karaté Shotokan et de Kobudo d'Okinawa).

Nous avons pratiqué le karaté du style Shorin Ryu de Higa Sensei, de Nagaminé Sensei, ainsi que le style Goju Ryu de Morio Higaonna Sensei.

Nous avons également pratiqué le Kobujutsu (dit Kobudo en Japonais) du style de Shiken Taira Sensei chez Maître Masahiro Nakamoto au Bunbukan Dojo.

Ma formation de base étant le Shotokan Ryu, au contact des grands experts de l'école Japan Karate Association de Tokyo, il m'a donc fallu plusieurs séjours pour comprendre réellement la nature de cette pratique ancestrale.

* Étant curieux, désirant approfondir mes connaissances, ayant un grand intérêt pour cette nouvelle pratique, mais surtout voulant comprendre ce peuple, sa vie au quotidien, sa culture, sa langue,  je me suis alors décidé d'effectuer un séjour de 6 mois sur cette île principale de l'archipel des Ryukyu nommé : OKINAWA.

HIGA  SENSEI

NAGAMINE SENSEI


HIGAONNA  SENSEI

NAKAMOTO  SENSEI


* Conseils à celles et ceux qui désirent séjourner à Okinawa :

Pour qu'un séjour comme celui-ci soit profitable, dans le sens de la connaissance, de la compréhension des styles, de la culture, de l'état d'esprit de ce peuple, il est fondamental de se comporter comme un pratiquant débutant, soucieux d'apprendre, en laissant son expérience personnelle d'un autre style (au placard).

Autrement dit, son égocentrisme, son orgueil, son grade!!!  sont des éléments polluants qu'il faut absolument éliminer de son comportement.  Redevenir un débutant, un apprenant sincère.

L'ouverture d'esprit, l'humilité, la simplicité, le respect (pas de familiarité) sont des règles de savoir-être  à respecter.

Autre élément essentiel à ne pas oublier, c'est le nombre de Dojo : 303!!!  plus la diversité des styles et des différentes "formes" pratiqués dans chaque style.

N'oubliez pas qu'il existe 5 styles principaux + quelques autres, avec des branches multiples dans chaque style.

Ce qui veut dire par exemple, qu'un kata d'un style particulier peut-être exécuté dans 3 à 4 formes différentes, suivant le Dojo et son Sensei.

Autrement dit, il est essentiel de savoir ou on met les pieds !! Quel style ? dans quel Dojo ? avec quel Sensei ?

Si vous avez l'intention de vous balader dans différents Dojo pour faire des photos, sachez que ce n'est pas très bien vu !!! Vous n'en retirerez rien de positif dans votre pratique.

Vous aurez tout simplement fait du tourisme banal, sans intérêt.

 

* Mon lieu de pratique du Karaté et du Kobudo et également de ma vie quotidienne.

Durant les 6 mois passés à Okinawa, j'ai pratiqué le Karaté et le Kobujutsu (ou Kobudo) au sein du Dojo :

                                                                       "BUNBUKAN"

    - Société de préservation du Kobudo traditionnel d'Okinawa qui est également la demeure principale de la

       famille de NAKAMOTO  SENSEI.

Le Bunbukan se trouve à Shuri, au nord de Naha, la ville principale.

Le célèbre château de Shuri (récemment brûlé) est situé à quelques centaines de mètres du Dojo. 


Maître Masahiro NAKAMOTO

Mamoru NAKAMOTO  Sensei


Dojo du Bunbukan

 

Pour ma part, je logeais dans un studio de 20 m2 à 2 minutes à pied du Bunbukan.

Donc en plein cœur de ce célèbre quartier : SHURI (ancien village, maintenant engloutie par Naha). 

* Pourquoi célèbre ?

Car c'est sur cette colline de Shuri que fut construit le château au XIVéme siècle, résidence du royaume Ryukyu pendant plusieurs siècles. Il a été détruit en 1945 et reconstruit, puis le 31/10/2019 à 2H40 du matin, un incendie le détruit à nouveau. Il devrait être reconstruit en 2022 et ré-ouvrir en 2026.

On lui attribue la naissance du Shuri-te (la main de Shuri) devenu Karaté.

Les nobles de l'époque (au service du royaume) avait leur résidence dans des villages tout autour du château.

La majorité des grandes figures du Karaté Okinawaien sont issues de ces familles de nobles.

(Matsumura - Itosu - Motobu - Kyan - Yabu - Funakoshi - et bien d'autres).

 

* Mon programme d'entraînement pour chaque semaine : 

Kobudo : 4 séances de 1h30.

Karaté : 2 séances de 1H30.

Le dernier mois d'entraînement fût plus intensif, plus dur, car la saison chaude et humide débute.

Kobudo : 6 séances de 1H30

Karaté : 3 séances de 1H30.

Il est important de savoir que la majorité des Dojo à Okinawa, pratiquent le Kobudo et le Karaté.

Ces deux pratiques sont indissociables, et font partie du patrimoine culturel de la préfecture d'Okinawa.

Je rappelle que le style de Kobudo pratiqué au Bunbukan est celui de Shiken Taira Sensei (pratiquant de Karaté et de Kobudo et homme de confiance de Funakoshi Sensei).

Quand au style de Karaté que j'ai pratiqué, c'est le Shorin Ryu (forme de Nakama Sensei).

(Le Shorin-ryu se prononce en mandarin "Shaoling, mais aussi Zhaoling")

"Voir le dossier suivant ( LE BUNBUKAN ) pour plus de détails".

Shiken TAIRA  Sensei

Gichin FUNAKOSHI Sensei

     ( Son nom d'origine à Okinawa est :   

                      TOMINAKOSHI

          Funakoshi est son nom Japonais.

 

Shozo NAKAMA Sensei


* La vie Okinawaienne au quotidien, les habitants, les résidences, la culture..... 

 

Tout d'abord, je dois citer et remercier un ami Français Christian Faurillon, travaillant et résidant en famille à Okinawa, pratiquant le Karaté (style Isshin Ryu) et le Kobudo.

C'est un chercheur en tradition et culture du pays et en arts martiaux. 

C'est grâce à lui que j'ai découvert l'île, en visitant, non pas les sites très touristiques, mais des lieux insolites et cachés de la culture, et des traditions de ce peuple.

Christian, avec qui je communique régulièrement (via Skype) depuis mon retour en France.


* La spiritualité à Okinawa (préfecture japonaise) :

 

Il y a deux pratiques principales dans la société nipponne : le shintoïsme (né au Japon) et le bouddhisme (importé de Chine et de Corée dès le 5ème siécle).

La spiritualité et leur appartenance ne sont pas exclusives, ainsi la grande majorité des Japonais s'identifie naturellement aux deux.

Naturellement, le peuple Okinawaien se rend dans les sanctuaires Shinto pour les fêtes, anniversaires, mariages, naissances etc... et dans les temples Bouddhiste pour les enterrements, les défunts, les hommages aux morts. 

C'est d'autant plus vrai que la présence spirituelle fait partie intégrante de la vie quotidienne au Japon, à commencer par la présence d'innombrables temples Bouddhistes et sanctuaires Shintoïstes.

Ainsi, depuis leur plus jeune âge jusqu'à leur mort, les Japonais vénèrent des représentations de Bouddha et les Kami (les dieux shinto) à travers de nombreux rites et traditions.

° L'entrée des édifices ou sanctuaires Shintoïstes est représentée par un torii ⛩️ ("portique"). 

° L'entrée des temples Bouddhistes est représentée par une porte, avec parfois Le shōrō  "beffroi de temple, un édifice à partir duquel une cloche est suspendue".

Torii du sanctuaire Shinto de Onoyama parck à Naha.

A gauche, à l'entrée, la stéle de Funakoshi Gichin.

Torii du sanctuaire "Naminoue gu de Naha


Stéle en l'honneur de Funakoshi Gichin à l'entrée du sanctuaire Shintoïste de Naha.

Le sanctuaire Shinto Sueyoshi-gu près de la station Gibo (quartier de Shuri), dans le parc Sueyoshi.


Temple Bouddhiste à Shuri.

Temple Bouddhiste traditionnel au centre de l'île.

Le Shoro, beffroi d'un temple Bouddhiste avec sa cloche.

Le Shoro, beffroi d'un temple Bouddhiste avec sa cloche.


* Le Shamanisme aux royaume des Ryûkyûs :    

 

Les Shamanes à Okinawa sont essentiellement des femmes (les Noro). Elles avaient un certain pouvoir auprès du souverain lors des décisions pour des conflits entre voisins, qui pouvaient déboucher sur une guerre, au 14ème et 15ème siècle.